Burkina-Ghana : Les résultats d’un séjour de 48 heures

31

Tout n’aura pas été que théorie pendant les 48 heures de visite de travail du  président du Ghana au Burkina Faso, même si des décisions attendent d’être appliquées après la rencontre de travail.

« Le temps est venu pour nous tous de nous unir pour créer une Afrique plus prospère », a déclaré le président ghanéen Nana Akufo-Addo au terme de sa visite de travail au Burkina Faso. Cette prospérité implique que les efforts de tous soient orientés vers les projets innovants et constructeurs.

Or, le Burkina mène actuellement une lutte âpre contre les terroristes dans la partie Nord de son territoire notamment dans la région du Sahel. Cet engagement n’est certainement pas passé inaperçu aux yeux du président Akufo-Addo. Statuant sur la question sécuritaire (et même si le Ghana ne fait partie ni de l’Autorité du Liptako-Gourma ni du G5 Sahel), les deux chefs d’Etat plaident auprès de la communauté internationale pour l’obtention d’« un mandat du conseil de sécurité des Nations Unies au G5 Sahel pour ses interventions dans la zone concernée conformément aux recommandations de l’Union africaine ».

Transport ferroviaire et routier. Dans l’optique de promouvoir davantage la libre circulation entre les deux pays et de renforcer les échanges économiques et commerciaux le long du corridor, la réalisation du projet d’interconnexion ferroviaire, relève pour les deux gouvernements  d’une « impérieuse nécessité ».

Dans la foulée, il a été décidé de « réactiver » le comité mixte devant examiner les différentes études déjà disponibles et ensuite de définir les modalités et conditions de sélection d’un partenaire technique et financier.  Le transport routier était également au menu des échanges. Après avoir relevé qu’il existait des difficultés liées au trafic routier entre les deux pays du fait des tracasseries, une réunion ministérielle est prévue pour statuer sur la question.

Agriculture et commerce. L’adage qui dit qu’un ventre vide n’a point d’oreilles a probablement pesé lourd lors des débats pour que Burkinabè et Ghanéen décident de « lutter contre le trafic illicite des produits chimiques agricoles en provenance du Ghana ». A côté de cette lutte envisagée, les deux parties ont convenu par la suite de « mieux organiser le commerce de céréales en provenance du Ghana et de légumes venant du Burkina Faso ».

Une nouvelle qui devrait réjouir les producteurs de légumes qui se plaignent si souvent de la mévente de leur production. La construction d’un Poste de contrôle juxtaposé (PCJ) avec l’appui de la CEDEAO devrait contribuer à la facilitation du commerce de même que la libre circulation aussi bien des biens que des personnes. En effet, les deux présidents ont convenu à la fin de la visite de travail d’« amplifier les relations commerciales ».

Electrification. Une autre annonce et non des moindres, c’est la finalisation des travaux en cours de l’interconnexion Bolgatanga-Ouagadougou. Les populations burkinabè qui ont accès à l’électricité et qui sont confrontées à des délestages à répétition devraient être soulagées d’ici la fin de l’année. Selon les estimations, l’interconnexion permettra d’importer au Burkina Faso 85 mégawatts.

Nana Akufo-Addo a été élevé à la dignité de la Grand-croix de l’ordre national par le Président du Faso © Burkina24

« Ne pas rester dans les projets théoriques »

Les deux chefs d’Etats ont indiqué qu’ils étaient « satisfaits » du résultat des travaux de 48 heures. « La qualité des résultats auxquels nous sommes parvenus est à la hauteur de la qualité de l’amitié et de la fraternité qui existent entre les deux peuples », a déclaré le Président Kaboré lors du point de presse qui a suivi la signature du communiqué conjoint.

Ils ont décidé de commun accord de poursuivre l’œuvre de leurs prédécesseurs et surtout de « l’amplifier en faisant en sorte de ne pas rester dans les projets théoriques mais en réalisant de façon concrète un certain nombre de projets intégrateurs ».

Le président du Ghana repart au terme de sa visite de travail avec la plus grande distinction des ordres burkinabè. Le Président du Faso, grand commandeur de l’ordre national lui a remis la distinction de Dignité de Grand-croix de l’ordre national. « C’est un honneur autant pour moi que pour le peuple ghanéen qui reste toujours fraternel et solidaire du peuple du Faso », a dit Nana Akufo-Addo.

Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com