Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques

64

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques

Téma Bokin, Djibo, Nouna, Gaoua, Dori c’est le résumé d’un long parcours entamé par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry, et sa délégation pour le tournage de la première partie d’un film d’inauguration des monuments à la mémoire des personnalités qui ont marqué positivement l’histoire du Burkina Faso et dont le parcours et l’exemplarité de leur vie pourraient inspirer plus d’un.

Un monument pour Thomas Sankara

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Monument ’’ à la conquête de l’eau’’ Djibo

A Tema Bokin, village natale de Thomas Sankara, c’est tout naturellement avec joie et fierté que les populations ont accueilli le monument érigé à l’effigie du père de la révolution burkinabè et qui porte la marque de l’artiste Siriki Ky. Et son ancien ministre, aujourd’hui maire de la commune de Yako, n’a pas tarit d’éloges à l’endroit de son ancien président. « Thomas Sankara a marqué l’histoire du pays par divers endroits. Au plan politique, il fut l’instigateur des grands défis d’orientations politiques. Au plan économique, il a incité ses compatriotes à promouvoir le développement des produits locaux avec son slogan ‘’Produisons et consommons burkinabè’’. Au niveau social Thomas Sankara avait à cœur la cause de la femme en ce sens qu’il accordait une place privilégiée à la femme au sein de la population burkinabè », a rappelé Nongma Ernest Ouédraogo. Il a par ailleurs traduit la gratitude du conseil municipal et de la population au gouvernement pour avoir vu en cet homme une figure de l’histoire du pays à travers l’érection de ce monument, la veille du 30e anniversaire de son assassinat.

« A la conquête de l’eau »

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Vue de l’intérieur de la cathédrale

Autre localité, autre réalisation. A Djibo où aller à la recherche de l’eau relève du parcours du combattant, quoi de plus normal que d’ériger un monument en phase avec les réalités quotidiennes des populations. C’est ainsi qu’en présence du maire de la ville, Oumarou Dicko, et de L’émir de Djibo, le ministre Barry a procédé, le dimanche 15 octobre à l’inauguration du monument baptisé ‘’A la conquête de l’eau’’. Une œuvre réalisée par l’artiste sculpteur Jean Luc Bambara et qui pour le ministre « est un hommage à nos sœurs, à nos filles qui se battent chaque jour face à l’adversité pour assurer le minimum nécessaire pour le bien-être de la famille, qui se battent chaque jour pour assurer le ménage, pour assurer la survie de la famille ».

Daniel Ouezzin Coulibaly immortalisé

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Monument Daniel Ouezzin Coulibaly à Nouna

Le lundi 16 octobre, c’est la ville de Nouna qui a reçu son monument à l’effigie de l’éminent homme politique burkinabè originaire de la Boucle du Mouhoun, Daniel Ouezzin Coulibaly née en 1909 et décédé en 1958. « Ces monuments sont construits pour raviver la conscience collective car sans conscience collective il n’y a pas de grande nation », a expliqué le ministre Tahirou Barry. L’œuvre de Siriki Ky a été installée au rond-point Ouezzin Coulibaly de Nouna.

250 millions mobilisés pour la réhabilitation de la grande mosquée

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Ce qui reste de la mosquée de dioulassoba

Entre Nouna et Gaoua, le cortège a fait escale à Bobo-Dioulasso pour visiter la cathédrale Notre Dame de Lourdes construite depuis 1961 et la grande mosquée de Dioulassoba où le ministre s’est réjoui du démarrage effectif des travaux de réhabilitation de ce lieu de culte qui croupit sous le poids de l’âge. « 500 millions sont attendus pour la réhabilitation de cette mosquée et 250 millions ont été déjà mobilisés à cet effet suite à la campagne de souscription toujours en cours », a confié le président du comité en charge des travaux de réhabilitation. La cathédrale tout comme la mosquée bénéficie de l’appui financier du ministère de la Culture des Arts et du Tourisme afin de redorer son blason.

Après Bobo-Dioulasso, le cap a été mis sur Gaoua, ville où Thomas Sankara a fait ses études primaires précisément à l’école Centre ‘’A’’. L’homme y a été également immortalisé grâce au savoir-faire artistique de Jean Luc Bambara. Nous sommes le 17 octobre 2017 et cela fait 31 ans jour pour jour que le révolutionnaire prononçait son discours d’orientation sur la qualité du système éducatif à l’école qui a accueilli ses premiers pas d’écolier. C’était le 17 octobre 1986.

Dans la ville d’enfance du président Sankara

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Mémorial Nani Palé à Gaoua

Des grandes figures historiques du pays comme Tiémoko Marc Garango, Palé Welté Issa, ont également fréquenté l’école centre ‘’A’’ de Gaoua créée en 1913. Et le maire Fiacre Kambou ne peut oublier les grandes actions de l’ancien président qui ont marqué la cité du Bafuji. « Thomas Sankara a une histoire avec la ville de Gaoua pour avoir grandi ici, pour avoir fréquenté ici. Il a adopté Gaoua si bien que beaucoup d’actes ont été posés de son vivant ; toute chose qui a permis à la ville de Gaoua de voir un certain nombre de choses se réaliser » a témoigné le maire Kambou. Et de rappeler que « c’est sous la révolution que Gaoua a pu bénéficier de la RTB2 Sud-Ouest, c’est sous la révolution de Thomas Sankara que Gaoua a été électrifiée et c’est également sous le président Thomas Sankara que la première Semaine nationale de la Culture (SNC) a été organisée ici (Gaoua 1984) pour ensuite être organisée de façon tournante à Koudougou et finalement pour se stabiliser à Bobo Dioulasso ».

Feu Nani Palé, un virtuose du balafon

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Le ministre Tahirou Barry

Pour le ministre Tahirou Barry : « L’érection de ce monument dans ces deux villes (Tema Bokin et Gaoua) a une symbolique très forte. C’est une interpellation pour que les idées, les idéaux, les valeurs défendues par le président Thomas Sankara triomphent toujours et soient des repères véritables pour l’Afrique, pour le Burkina Faso ; donc c’est une fierté légitime qui nous anime quand on sait que Thomas Sankara demeure vivant dans le cœur de chaque patriote ». « Quel que soit la force du vent, il n’effacera jamais les traces du Léopard », a-t-il martelé.

Toujours dans la cité de Bafuji, le ministre en charge de la Culture a également inauguré un mémorial à l’honneur d’un virtuose du balafon en la personne de feu Nani Palé. Décédé en 1982 à l’âge de 55 ans, ce balafoniste natif de Gaoua aurait marqué les esprits par son talent exceptionnel et dont une de ses sonorités sert de générique d’ouverture et de fin des émissions sur les ondes de la Radio Burkina. Le séjour de Gaoua s’est achevé avec la visite de quelques sites dont le musée de Poni, la salle de ciné de Gaoua en réfection.

Hama Arba Diallo et son carton rouge

Burkina Faso : Des monuments érigés à la mémoire des grandes figures historiques
Monument à l’effigie de Hama Arba Diallo érigé à Dori

Le circuit inaugural s’est refermé à Dori avec le baptême du monument de Hama Arba Diallo, figure emblématique de l’opposition burkinabè. « Arba Diallo est une figure emblématique de notre insurrection populaire qui a dit non au pouvoir à vie dans ce pays. Arba Diallo, c’est le symbole de la réussite de la politique de décentralisation dans notre pays à travers sa gestion efficace de la mairie, malgré l’adversité, malgré les difficultés. Arba Diallo, c’est le symbole du patriotisme, de l’audace, du courage, de la combativité. Et malgré son âge (75ans) il a toujours été présent auprès des jeunes, de tous ceux qui voulaient une nouvelle ère dans notre pays et cela mérite une reconnaissance et un souvenir d’où son portrait monumental exhibant son fameux carton rouge d’expulsion de Blaise Compaoré du jeu politique de 2015 », a expliqué le ministre Tahirou Barry.

Ce sont donc au total quatre monuments et un mémorial qui ont été inaugurés à l’issue de cette première tournée du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme en attendant d’autres localités dont l’étape de Koupéla s’annonce imminente.

Maxime Jean-Eudes Bambara
Le faso.net

Lefaso.net