« Burkina Djigui » : Une nouvelle organisation pour accroître la participation des jeunes aux décisions politiques

180
« Burkina Djigui » : Une nouvelle organisation pour accroître la participation des jeunes aux décisions politiques

Ce 1er février 2020 à Ouagadougou, a été lancé le mouvement « Burkina Djigui ». L’objectif de cette nouvelle organisation est, selon ses initiateurs, de « transformer la société burkinabè ». Et son premier chantier sera d’œuvrer pour l’enrôlement massif des jeunes sur les listes électorales.

« Mettre fin à cette classe d’élites en place qui se montre incapable de générer de nouvelles idées et des projets de transformation sociale afin de répondre aux immenses attentes des Burkinabè ». Tel est l’objectif des élèves, travailleurs des secteurs publics et privés, commerçants, paysans et des activistes qui ont mis en place le mouvement « Burkina Djigui ».

En effet, Burkina Djigui veut s’affirmer comme un grand mouvement d’éveil des consciences et d’actions pour une implication responsable et profonde dans la gouvernance politique. « Nos activités sont nombreuses mais l’activité prioritaire pour le mouvement est d’inciter les jeunes à s’intéresser à la chose politique. Pour y arriver, le mouvement compte sensibiliser les jeunes à s’enrôler sur les listes électorales, car avec la carte électorale, on peut faire bouger les lignes », a souligné Moustapha Kaonfo, président de la coordination nationale du mouvement Burkina Djigui.

Moustapha Kaonfo, président de la coordination nationale du mouvement Burkina Djigui

Selon les premiers responsables du mouvement, dans les villes et les communes rurales, des comités locaux se sont constitués pour apporter leurs contributions à l’immense tâche de reconnaissance de ce mouvement pour la patrie.

Pour Moustapha Kaonfo, le mouvement veut se battre pour la participation de la jeunesse à la décision politique. En effet, selon lui, les échéances électorales passées ont connu une faible participation des jeunes, d’où la naissance de ce mouvement pour inciter les jeunes à s’inscrire pour inverser la tendance.

Guy Hervé Kam, présent lors de la cérémonie de lancement mouvement Burkina Djigui

Au Burkina Faso, la jeunesse représente plus de 75% de la population. Fort de ce constat, le mouvement Burkina Djigui affirme haut et fort que les préoccupations de cette frange dynamique de la société ne sont pas prises en compte. « Sur au moins 30 années, aucune réponse digne n’est apportée à des questions de fond comme le développement », estime M. Kaonfo.

Sur le plan moral, le pays est au stade de la désorientation marquée par la perte des valeurs patriotiques, de l’unité nationale, le sens du bien commun ; laissant ainsi place à la prédation économique et financière des ressources. Cela a conduit à l’émergence, au niveau de certaines couches de jeunes, de l’esprit du gain facile et de la déchéance morale et psychologique.


Ce tâtonnement dans les politiques publiques a accentué un déficit de confiance de plus en plus prononcé entre les « Burkinabè d’en haut » et les « Burkinabè d’en bas ».

Pour le mouvement, aujourd’hui, plus que jamais, les jeunes doivent s’investir et participer à l’avènement du changement. « Nous disons toujours que personne ne changera le pays à la place des jeunes et qu’ils ont un rôle à jouer. Donc cet engagement de jeunes est une raison de satisfaction et d’espoir », a déclaré Guy Hervé Kam, présent de la cérémonie de lancement du mouvement Burkina Djigui.

Il a donc lancé un appel à toute la jeunesse à se joindre au mouvement pour « ce combat patriotique ».

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici