Burkina : Contre l’IUTS, les syndicats prêts à « poursuivre la lutte »

86

ECOUTER

Dans une note diffusée le 23 mars 2020, les syndicats en lutte contre l’indexation de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents de la Fonction publique ont dénoncé « une répression contre les responsables et militants syndicaux » à la suite de la grève générale du 16 au 20 mars 2020.

Contre l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents publics, les syndicats en lutte avaient pris certaines mesures dont une marche-meeting, le 17 mars. Mais, au regard de la pandémie de la maladie à coronavirus (Covid-19), celle-ci avait été annulée avec d’autres décisions en prime.

« Notre coalition a opéré des aménagements pour prendre en compte la situation de pandémie. Cela s’est traduit par la suspension des marches-meetings du 17 mars 2020, la mise en œuvre d’un service minimum dans les secteurs sensibles », lit-on dans la note signée par le porte-parole des syndicats, Bassolma Bazié.

Malgré ces mesures, regrettent les syndicats, « le pouvoir et ses alliés développent une répression contre les responsables et militants syndicaux, se traduisant par des licenciements de militants et des menaces de licenciements, des suspensions de salaires, des relèvements de leurs fonctions de militants, des coupures de salaires sauvages, des lettres de demande d’explications, etc. »

De l’avis des syndicats, « cette répression qui est organisée [est] en violation flagrante de la loi ». Pour cela, la décision prise par ces derniers est « de résister et de poursuivre la lutte » autour de leurs « légitimes revendications ». Et pour les travailleurs qui ont été réprimés financièrement, la coalition des syndicats a lancé une souscription de soutien.

Dans ce contexte de lutte contre la maladie à coronavirus, des observateurs dont l’institut Free Afrik dirigé par le Dr Ra-Sablga Ouédraogo ont suggéré le retrait de l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents publics afin de désamorcer la fronde sociale pour une lutte plus efficace contre la pandémie.

Mais dans sa réponse contre le Covid-19, le chef de l’Etat, Roch Kaboré, n’en a pas fait cas. Par contre, dans une déclaration parvenue à Burkina 24 le lundi 23 mars 2020, l’Alliance des partis de majorité présidentielle (APMP) a appelé les syndicats « à observer un sursaut patriotique en marquant une trêve sociale ».     

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici