Burkina: Après 10 ans existence, l’UPC convaincue de sa capacité à gérer le pays

53

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a tenu un point de presse le 27 février 2020 à son siège national à Ouagadougou pour informer l’opinion des préparatifs de la commémoration des 10 ans de du parti. L’évolution de l’UPC pendant ces 10 ans, la situation actuelle du pays ainsi que le chronogramme des activités commémoratives ont été égrenés au cours de ce rendez-vous avec la presse.

« Les festivités de commémoration, des 10 ans de l’UPC auront lieu les 29 février et 1er mars prochains à Ouagadougou », c’est ce qu’a informé d’entame Adama Sosso, deuxième vice-président chargé à l’organisation des activités commémoratives des dix ans de l’UPC.

« Vous-vous souviendrez que c’est le 1er mars 2010 que notre parti a été porté sur les fonts baptismaux. Cela est intervenu après l’organisation réussie du Forum des Citoyens de l’Alternance (FOCAL) en 2009, et dont l’initiateur n’est autre que le Dr Zéphirin DIABRE, Président de notre parti », a rappelé le député Adama Sosso. Pour lui, l’UPC depuis sa création a voulu apporter le changement pour le peuple Burkinabè. La création de l’UPC répondait, à l’entendre, a une soif d’alternance et de changement dans la gouvernance du pays.

Ainsi, les festivités seront également placées sous la même coupe du changement. Le thème est d’ailleurs révélateur : « 10 ans de l’UPC : combat pour le vrai changement ». Ce thème, selon le comité d’organisation, « interpellateur, car plus que d’actualité et s’inscrit dans le combat politique que mène notre parti ». Une actualité marquée selon eux marqué par une inconstance du pouvoir en place qui a conduit le pays dans des difficultés sans précédent.
La situation au Burkina est pire qu’hier selon l’UPC
En outre Adama Sosso, « 10 ans après sa création, l’UPC constate que la situation de notre pays est pire qu’hier. Il est en délitement total. L’insécurité, la faim et la malnutrition y sévissent, une crise humanitaire sans précédent s’y est installée, l’économie est à terre. Comme si ces maux ne suffisent pas à notre pays, ses dirigeants actuels continuent de piller les ressources nationales. La série de révélations de la presse, révèlent des scandales tous les jours. On peut dire qu’en plus du terrorisme classique, notre pays souffre du terrorisme économique institué par le régime en place » a-t-il vivement critiqué.

L’UPC, la solution pour un changement réel

M. Sosso l’a dit, au regard de ce que le Burkina traverse, la solution pourra venir de son parti. Selon lui, au moment même où le Burkina Faso se déchire, c’est un parti comme l’UPC qu’il faut au pouvoir : « Il a les mains propres ; il a des cadres très compétents que les Burkinabè n’ont pas encore vu à l’œuvre ; il n’a pas d’ennemis, et peut donc rassembler tout le monde de tous les bords pour reconstruire ce pays » a insinué le député et secrétaire général de l’UPC.

Qu’à cela ne tienne pour ses dix ans le programme concocté par l’UPC prévoit, entre autres, un panel, une projection de film documentaire sur l’histoire du parti, une exposition photos, un don de sang et un cross populaire qui démarre du siège, le dimanche 1er mars à 6 heures. Il faut noter que la cérémonie de clôture des festivités aura lieu au Pavillon Soleil levant du SIAO le 1er mars à 16 heures.

Hamadou Ouédraogo
Minute.bf

Source : Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici