Burkina : 4951 marchés publics conclus en 2018 pour un montant de plus de 256 milliards de FCFA 

88

Après l’avoir remis officiellement au Premier ministre, le jeudi dernier, le rapport d’activités 2018 de l’Arcop a été dévoilé aux hommes de média ce jeudi 12 septembre 2019 au cours d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou.

Les statistiques sur les différentes  procédures de commande publique offrent une grille d’appréciation de la gestion des ressources budgétaires allouées aux acquisitions publiques et apportent une lumière sur la contribution du secteur dans la gestion globale des finances publiques nationales.  Dans cette optique, l’Arcop a recensé à la fin de l’année écoulée, 4951 marchés conclus par les ministères, les institutions et les autres structures centrales de l’État pour un montant de plus de 256 milliards de FCFA.

« L’une des missions fondamentales de l’Arcop procède du renforcement continu des capacités des acteurs publics et privés de la commande publique, en vu de s’assurer de la maitrise et de la bonne application des règles. Pour ce faire, l’autorité a assuré en 2018, 21 sessions  de formation au profit de 1253 acteurs directs des marchés publics » a expliqué le président du conseil de régulation, Dramane Miloho. 

Dans le domaine de la communication, les actions menées ont visé surtout « l’amélioration de la visibilité et l’ancrage institutionnel, à travers des activités médiatiques». Dans le cadre de la concertation, l’Arcop a organisé du 12 au 14 juillet 2018 à Bobo- Dioulasso, les premières journées de la commande publique sous le thème « la commande publique, un levier stratégique dans l’atteinte des résultats du PNDES ».

S’agissant des entreprises exclues de la commande publique en 2018, l’on dénombre au total 15 entreprises. 20 autres sont exclues de la commande publique au 31 décembre 2018 et 18 sont en situation de  défaillance au 31 décembre 2018. Au titre des sanctions, il y’ en a deux sortes  à savoir celle des  d’exclusion et celle des sanctions pécuniaires. Toutefois, les entreprises défaillantes peuvent  participer aux appels d’offres ouverts, chose impossible à  celles exclues. 

Les motifs de la suspension sont, entre autres, la falsification de documents administratifs, des pratiques visant au plan technique à influencer sur le contenu du dossier de demande de propositions, les retards et mauvaise exécution des marchés. 

Par ailleurs, deux nouveaux outils de gestion ont été élaborés par l’Arcop en 2018. Ce sont le guide soumissionnaire et le plan opérationnel 2019- 2020. Au regard des enjeux et des défis en matière de gouvernance publique en général et dans la gestion de la commande publique en particulier, l’Arcop a formulé des recommandations. Il  s’agit de la nécessité d’initier des actions de formation à l’endroit des acteurs des chaines de passation des marchés publics, de l’urgence  de procéder à l’opérationnalisation de la redevance de régulation et la nécessité de sensibiliser les autorités contractantes au suivi administratif de l’exécution des marchés afin de prévenir les défaillances.

 

Source : Fasozine.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici