Bazèga : Des films Burkinabè projetés au profit des populations

106


Du 3 mars au 14 avril 2018, le cinéma numérique ambulant (CNA) a organisé une série de projections cinématographiques en plein air dans la province du Bazèga. Cette tournée visait à faire connaitre le cinéma burkinabè auprès des populations rurales.

La « tournée de projection 3×10 villages dans la province du Bazèga » est un projet initié par le cinéma numérique ambulant (CNA) avec l’appui  du fonds du développement culturel  et touristique (FDCT) du ministère en charge de la culture.

Débutée depuis le 3 mars 2018, l’équipe du CNA a sillonné 10 villages du Bazèga pour 30 projections dans l’optique de faire connaitre le cinéma burkinabè auprès des populations rurales. C’était la localité de Bissiri, située à une vingtaine de kilomètres de Kombissiri, qui a été retenue pour la clôture de cette tournée, ce samedi 14 avril 2018.

Karim Kaboré, responsable de l’équipe qui a piloté le projet, a fait comprendre qu’il s’agit de diffuser trois différents films burkinabè dans les localités comme Kombissiri afin de faire la promotion du cinéma burkinabè en zone rurale.

Par ailleurs, il a précisé que le projet se nourrit du constat que les populations dans les zones rurales méconnaissent les films burkinabè. Il a fait cas du film « Wendemi » du réalisateur Saint Pierre Yaméogo, tourné en 1993, qui reste toujours méconnu d’une partie grande partie des populations, notamment en zone rurale. Cela peut être expliqué par le manque de salle de cinéma et des équipements pour recevoir la télévision.  

Karim Kaboré, responsable de l’équipe qui a piloté le projet

Karim Kaboré tire un bilan favorable de cette tournée à travers l’engouement lors des projections. Il a estimé en moyenne plus de 250 personnes par projections soit au total plus de 7500 individus qui ont pris connaissances de trois films burkinabè. Concernant les films retenus, il s’agit du film « Wendemi » du réalisateur Saint Pierre Yaméogo,  de « tu me prends pour qui » de Oumar Dagnon  et de  « Femme de feu » réalisé par Inoussa Kaboré.

La population a salué l’initiative et a souhaité que de tels projets puissent perdurer pour leur permettre de regarder leur propre cinéma. Mamadi Tapsoba, résident dans la zone de Bissiri, explique que les films burkinabè reflètent « nos réalités, conseillent et peuvent être considérés comme une école pour la population ».

Le Cinéma numérique ambulant (CNA) est une association qui a pour objectif principal de diffuser  le cinéma africain, principalement en milieu rural. Son slogan est « le cinéma pour tous ! Le cinéma partout ! ». Le CNA est présent au Bénin, au Cameroun, au Niger, au Mali, au Sénégal et au Togo.

Jules César KABORE

Burkina 24

Burkina24.com