Avocats récusés : Les précisions de la Haute cour de justice

35

Les avocats de Blaise Compaoré ont été récusés par la Haute cour de justice à l’audience du 4 mai 2017 portant sur la répression de l’insurrection populaire  d’octobre 2014. La juridiction a tenu à préciser qu’il ne s’agit pas d’une violation des droits de la défense mais plutôt d’une application des principes  de la procédure pénale.

La constitution de Me Pierre Olivier Sur comme avocat de Blaise Compaoré a été rejetée par la Haute cour de justice, tout comme celle des avocats  de Assimi Kouanda et Koumba Barry, tous absents au procès. L’avocat français a estimé qu’il s’agit d’une grave violation des droits de la défense et a remis en cause le caractère équitable du procès.

Dans un communiqué parvenu à Burkina24, le service de communication de la Haute cour de justice a tenu à préciser qu’il n’en était rien. La décision de la juridiction n’est, selon le communiqué, qu’un respect de la procédure applicable en la matière.

« Contrairement donc aux allégations faites par certains avocats de certaines personnes accusées absentes à ce procès, il convient de préciser que le droit à l’assistance d’un avocat est celui de toute personne poursuivie de pouvoir bénéficier de la présence à ses côtés d’un avocat, de consulter celui-ci et d’exercer avec lui les droits de la défense, au cours d’une procédure judiciaire. L’avocat assistant son client en matière pénale ne peut donc plaider devant le Tribunal ou la Cour qu’en présence de la personne qu’il assiste, cela d’autant plus que l’audience de jugement devant le tribunal correctionnel ou devant la juridiction criminelle est organisée selon le principe de la comparution obligatoire du prévenu ou de l’accusé », est-il écrit dans le document.

En conséquence, on peut lire plus loin,  que  « dans le cas d’espèce, pour leurs défenses devant la Haute Cour de Justice, Messieurs Biaise COMPAORE, Assimi KOUANDA et Madame BOLY née Barry KOUMBA, ont constitué des avocats. Cependant n’étant pas présents à l’audience et au regard des dispositions qui encadrent l’intervention de l’avocat en matière pénale devant les juridictions de notre pays, leurs conseils ne peuvent être autorisés à plaider devant la cour« .

Pour rappel, l’ancien président du Faso Blaise Compaoré et les membres de son dernier gouvernement sont poursuivis devant la Haute cour de justice dans le cadre de la répression de l’insurrection populaire qui a fait plusieurs morts. L’audience, suspendue le 4 mai, reprend le 8 mai 2017.

Burkina24

Burkina24.com