Aviation nationale : La compagnie « Air Burkina » revient au Burkina

117

L’Etat burkinabè prend officiellement les commandes de la compagnie « Air Burkina ». La signature du contrat de cessation de la gestion de la compagnie par le Fonds AKFED et l’Etat Burkinabè a eu lieu le jeudi 11 mai 2017 à Ouagadougou, rapporte Sidwaya.

Désormais le gouvernement burkinabè est aux commandes de la gestion de la compagnie Air Burkina. La signature du contrat de cessation d’aéronef a eu lieu le jeudi 11 mai 2017 à Ouagadougou, en présence du ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Souleymane Soulama.

En effet, la compagnie d’Air Burkina était gérée par le groupe AKFED. Mais le groupe a décidé de se retirer de la gestion de la compagnie depuis juillet 2016. C’est ce jeudi 11 mai que l’Etat burkinabè a repris le contrôle de sa compagnie. « C’est une nouvelle page de l’aviation nationale qui s’ouvre », a laissé entendre le ministre Souleymane Soulama.

Il a également fait savoir que l’Etat burkinabè mettra tout en œuvre pour réussir la gestion de la compagnie. « Le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires pour insuffler à Air Burkina un dynamisme nouveau, source de progrès. Le développement d’un pays passe par l’efficacité de son l’aviation civile » a-t-il rassuré.

L’annonce du groupe AKFED avait suscité des inquiétudes quant au risque de rupture des vols de la compagnie. Le ministre en charge des transports explique que « l’exploitation continuera grâce à la bonne volonté des deux parties ».

Pour le président de Finaircraft, membre du groupe AKFED, Michel Boutbien, a indiqué que l’AKFED se désengage mais laisse dans l’administration d’Air Burkina, un personnel efficace et compétent, ainsi que des aéronefs (2 Embrayer) de belles factures.

Il a précisé qu’il n’y a eu aucun problème litigieux entre le groupe et l’Etat burkinabè. Il a en outre expliqué qu’il s’agit d’un choix volontiers du groupe, qui entend se retirer purement et simplement du domaine aéronautique pour investir dans d’autres secteurs.

Jules César KABORE

lesaffairesbf

 

Burkina24.com