Assemblée nationale : Le président du parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, chez Salifou Diallo

76

Le président du parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, a été reçu en audience par le président de l’Assemblée nationale burkinabè, Salifou Diallo, le mercredi 12 avril 2017, à l’hémicycle. Au cours des échanges, les deux hommes ont abordé divers sujets, en particulier les problèmes sécuritaires, en Afrique.

En prélude à la quatrième session ordinaire de la troisième législature qui se tiendra le 8 mai prochain à Johannesburg, le président du parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, est venu remettre une invitation au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui a été désigné comme invité d’honneur. «Ce sera un moment solennel où nous allons écouter, non seulement un chef d’Etat, mais aussi, un ancien président de l’Assemblée, avec tout ce que cela comporte comme expérience parlementaire», a avoué M. Dang. Profitant de sa présence dans la capitale burkinabè, le président du parlement panafricain, est allé voir le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, le mercredi 12 avril 2017. A sa sortie d’audience, Roger Nkodo Dang, a indiqué qu’il se devait de rendre visite au président Salifou Diallo. Au menu des échanges, M. Dang a expliqué qu’ils ont évoqué les problèmes sécuritaires en Afrique. «Nous avons évoqué le problème sécuritaire en Afrique, de manière générale et dans un pays voisin de l’Afrique de l’Ouest, en butte à des difficultés de compréhension entre les différentes institutions ; nous nous proposons de mener une mission et je me devais de prendre les conseils du président de l’Assemblée nationale du Burkina, qui connaît bien la sous-région Afrique de l’Ouest et qui nous ont été très utiles», a-t-il laissé entendre. En plus des problèmes sécuritaires, le problème de l’intégration a été abordé. A l’en croire, il souhaite que l’Afrique soit unie, mais pour cela, il faut de véritables panafricanistes comme le président de l’Assemblée burkinabè qui a livré un discours fort le 10 avril dernier, au Bénin. Et d’ajouter que «nous croyons que ce discours peut germer dans tout le continent africain, pour en faire de l’Afrique, un continent où il fait bon vivre ». Par ailleurs, il mentionne qu’en ce qui concerne le terrorisme, ce n’est pas l’affaire d’un seul pays, mais celui du monde entier. C’est pourquoi, il préconise l’union de tous pour faire face à cette menace. M. Dang n’a pas occulté la grave crise économique qui sévit dans les économies africaines. «La dernière réunion de l’UEMOA a montré que la monnaie unique est indispensable, pour les économies africaines, car ces économies dépendant uniquement du dollar américain ou de l’euro, perdent de la vitesse contre la traçabilité des produits de vente de nos matières premières», fait savoir M. Dang. Il a également été question des relations, entre le parlement panafricain et celui du Burkina Faso. A ce propos, il a fait savoir que ces relations sont de très haut niveau, car le parlement burkinabè est parmi les pères fondateurs du parlement panafricain et il prend une part active dans les différentes manifestations le concernant. D’ailleurs, il souligne que «le président de l’Assemblée nationale burkinabè est membre de la Conférence des présidents, qui se tient chaque année, au parlement panafricain. Egalement, vous avez cette grande opportunité, car le président du Faso a été président de l’Assemblée nationale, donc connaissant très bien les problèmes du parlement panafricain et nous pensons qu’à ce jour, parmi les pays qui poussent ce parlement, le Burkina Faso en fait partie». De l’avis de M. Dang, tous ces sujets, abordés avec son homologue, interpellent le parlement panafricain qui est celui de tous les Etats africains. C’est pourquoi ils seront abordés à cette quatrième session ordinaire de la troisième législature qui se tiendra, dans quelques jours, à Johannesburg.

Pélagie OUEDRAOGO

Bayiri.com