Assassinat du Député-maire de Djibo: «Cela est la preuve qu’aucune communauté n’est à l’abri de l’extrémisme et cette violence aveugle» 

45

Dans cette déclaration, l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) condamne l’assassinat de Oumarou Dicko et trois de ses compagnons le dimanche 3 novembre dernier. Elle plaide par ailleurs pour une reconnaissance de leur rôle dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de sécurité dans cette lutte contre la radicalisation et le terrorisme.

L’ignoble et le lâche assassinat le dimanche 03 novembre 2019 du Député Maire de Djibo et trois de ses compagnons vient allonger la longue liste des élus locaux parmi les victimes du terrorisme et confirment la volonté affichée de ces individus qui ont perdus tout humanisme et de leurs commanditaires, de plonger notre sous-région et notre pays dans la désolation et nos peuples dans le désespoir. Cela est la preuve qu’aucune communauté n’est à l’abri de l’extrémisme et cette violence aveugle.

Les attaques ciblées sont devenues le nouveau mode opératoire des terroristes. En assassinant les chefs traditionnels et religieux, les conseillers municipaux, les maires et les directeurs d’école et toutes autres personnes représentant un symbole communautaire, le terrorisme pense pouvoir déstructurer le Pays des Hommes Intègres.

Ils veulent forcer nos populations à l’exil afin qu’elles abandonnent ce qu’elles ont de plus précieux et de plus sacré, la terre léguée par nos ancêtres.

Nos vaillantes FDS sont à féliciter, à encourager et à soutenir du mieux que nous pouvons sans économiser nos efforts et nos sacrifices, car elles sont à l’avant-garde de cette lutte.

C’est une véritable guerre injuste qui nous est imposée et il n’y a pas d’autre remède que le sursaut patriotique, car la vie de tous est menacée.

C’est pourquoi nous, élus locaux, à travers l’Association des Municipalités du Burkina Faso :

– Exprimons notre engagement commun à faire face au terrorisme;

– Assurons de notre soutien et de notre fraternité à toutes les victimes du terrorisme à travers le Burkina;

– Soulignons la responsabilité collective de l’ensemble des échelons politiques et gouvernementaux pour répondre à cette exigence de sécurité et de mobilisation et ce dans l’ensemble du Burkina Faso;

– Affirmons notre volonté d’agir ensemble ici et maintenant, de manière coordonnée en lien avec le Gouvernement face au danger auquel nous sommes tous confrontés.

Conscients que nos communes, nos villages, nos secteurs, en première ligne face au terrorisme, représentent aujourd’hui le niveau pertinent pour répondre aux attaques terroristes :

– Nous demandons aux instances nationales, sous régionales et internationales le soutien nécessaire à notre engagement;

– Nous plaidons pour une reconnaissance de notre rôle dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de sécurité dans cette lutte contre la radicalisation et le terrorisme;

– Nous nous engageons à poursuivre nos efforts et innover sans cesse pour la sécurité des espaces publics et de notre sécurité;

– Nous invitons tous nos membres à la vigilance et à la franche collaboration avec les FDS afin de constituer une force incontournable pour lutter contre l’obscurantisme et assurer le retour de la paix au Burkina Faso.

Aux parents de toutes les victimes, nous exprimons notre compassion et notre proximité. Aux blessés, un prompt rétablissement.

Nous nous engageons à poursuivre notre mobilisation contre la radicalisation et le terrorisme en mettant en commun nos moyens et nos expériences.

Le Président Armand Roland Pierre BEOUINDE

Officier de l’Ordre National

 

 

Source : Fasozine.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici