Arrondissement 3 : le maire Rainatou Ouédraogo crache ses vérités à ses détracteurs

143

Le maire de l’arrondissement 3 de Ouagadougou a animé une conférence de presse le vendredi 7 avril 2017 pour balayer du revers de la main, les accusations de détournement, d’enrichissement illicite…, proférées à son endroit par 16 conseillers municipaux dans une motion de défiance.

Le 31 mars dernier, 16 conseillers municipaux sur les 28 que compte l’arrondissement 3 de Ouagadougou ont déposé une motion de défiance à l’encontre du maire Rainatou Ouédraogo, l’accusant d’une mauvaise gestion des affaires publiques, d’enrichissement illicite, de détournement… «Je ne me reconnais pas dans tout ce qui a été cité», a assuré Mme Ouédragogo.

Pour elle, les signataires de la motion l’accusent d’avoir inscrit un montant de cinq millions dans le budget. Toute chose qui n’est pas justifié de son avis, car le budget des mairies est élaboré par une Commission et voté en réunion du Conseil d’arrondissement. «Ce budget a été adopté par 27 voix pour une voix contre», a-t-elle soutenu.

Aussi, Rainatou Ouédraogo a qualifié de «pure diffamation», l’accusation sur l’enrichissement illicite. «Je défie quiconque d’apporter les preuves que j’ai personnellement acquis une villa au cours de mon mandat. Si quelqu’un en présente une, je démissionne immédiatement», a-t-elle prévenu tout en confiant qu’une réflexion est menée en ce sens pour voir comment saisir la justice.

Concernant le cas du projet Himmo, le maire a dévoilé que les conseillers municipaux ont chacun demandé 5 places pour leurs militants. Chose que le conseiller Drissa Sonkondila a confirmé. «Ce sont les conseillers qui l’ont forcé à leur donner 5 places chacun» et face à cette pression sociale, a noté le maire, «j’ai cédé».

Mais suite à l’accusation de détournement de 321 postes, «j’ai convoqué le Conseil municipal pour l’informer que je suis prête à remettre en cause ce recrutement s’il pense qu’il n’y a pas eu de transparence et je les ai averti qu’au prochain recrutement, il n’y aura pas d’intervention». En réaction, les conseillers ont prévenu que «s’il n’y a pas d’intervention, il n’y aura pas de recrutement».

A propos de la sortie médiatique de ces derniers justifiant leur absence due au non-respect de l’heure et à l’absence de la sécurité à la session extraordinaire du Conseil d’arrondissement le 5 avril, pour statuer sur la motion, le maire a donné sa version des faits. «La session prévue pour 9h a été repoussée à 11h par le Haut-commissaire et les signataires de la motion ont tous été informés», a-t-elle dit tout en précisant que les différentes forces étaient présentes. «Veuillez approcher les différentes brigades et elles vous en diront plus», a-t-il insisté. Elle a donc invité les conseillers à venir discuter pour reprendre les grands chantiers du développement.

Pour elle, cette motion de défiance s’explique par le fait qu’elle a été informée d’une implication de certains conseillers dans la vente irrégulière de terrains au quartier Zongo et Rimkièta. «J’ai organisé une rencontre avec tout le Conseil pour porter l’information à sa connaissance et c’est depuis ce temps que certains comportements ont commencé à se manifester à mon encontre», a-t-elle dénoncé tout en soutenant que si elle doit être destituée parce qu’elle ne veut pas «tremper dans des deals», elle est prête à subir les conséquences. A l’endroit de ceux qui l’ont «offensé et trainé dans la boue de la calomnie», foi de Mme Ouédraogo, «je leur réserve amour et pardon. Et à tous ces conseillers qui n’osent plus me regarder en face, je leur tends la main».

Madina Belemviré

Bayiri.com