Alternance politique au Burkina : Le « Yiangdisme » jusqu’en 2020 !

19

La société civile burkinabè vient de s’enrichir avec un nouveau mouvement dénommé « Alliance de la nouvelle génération du Burkina (l’ANGe du Burkina). Ce mouvement a créé un concept : « le Yiangdisme ». Dans son livre « Le Yiangdisme : théorie et principes d’une intelligence collective générationnelle pour l’avènement de la société burkinabè nouvelle », Mussa Serge Dao, créateur du concept, prône « l’alternance générationnelle » dans la gestion des affaires publiques. L’ouvrage a été présenté à la presse le jeudi 11 mai 2017 à Bobo-Dioulasso.

Alternance politique au Burkina : Le « Yiangdisme » jusqu’en 2020 !Consultant indépendant et ingénieur socio-économiste du développement rural, Mussa Serge Dao est plutôt connu comme membre fondateur du mouvement Balai citoyen et du Collectif balai citoyen à Bobo-Dioulasso.

Mais il vient de lancer un nouveau mouvement dénommé « Alliance de la nouvelle génération (ANGe) ». A travers l’ANGe Mussa Serge Dao veut promouvoir ce qu’il appelle « le Yiangdisme ».

Intitulé « Le Yiangdisme : théorie et principes d’une intelligence collective générationnelle pour l’avènement de la société burkinabè nouvelle », le livre de Mussa Serge Dao est comme un pamphlet contre les dirigeants qui se sont jusqu’ici succédés au Burkina Faso. L’auteur signe sous le pseudonyme de Kamb Si Yiangda (génération montante, génération nouvelle ou jeune génération en langue mooré).

Mais dans l’ouvrage, l’on pourrait lire quelque part ceci : «  que ce soit au niveau politique (opposition, pouvoir), au niveau de la société civile ou au niveau militaire, les tenants et acteurs du leadership national doivent être renouvelés génération après génération ».

Et à la quatrième de couverture, il dit :« au Burkina Faso, après le détournement de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 de sa vocation première à savoir l’alternance générationnelle, l’intelligence collective nous recommande à nous, génération montante, nouvelle et consciente, une alliance patriotique pour nous réunir, inventer et bâtir ensemble, le Pays des Hommes intègres. C’est un impératif pour le salut de ce peuple et celui des générations futures ».

Le concepteur du Yiangdisme prône l’avènement d’une « société burkinabè nouvelle ». Et l’échéance, pour lui, devrait être 2020. Pour ce faire, dit-il, il faut un leadership de jeunes dynamiques. C’est du reste pourquoi il a créé le l’ANGe.

Lassina Fabrice SANOU

Correspondant Burkina24 à Bobo-Dioulasso

Burkina24.com