Alfred Sanou, Président du groupe parlementaire CDP : « Notre souhait est que le Président Blaise Compaoré puisse rejoindre sa patrie »

88

Alfred Sanou, Président du groupe parlementaire CDP : « Notre souhait est que le Président Blaise Compaoré puisse rejoindre sa patrie »

Pour la tenue de ses 2e journées parlementaires de l’année 2017, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a choisi de Ziniaré, ville natale de l’ex-président blaise Compaoré. Et élus et militants venus assister à la cérémonie d’ouverture ont eu une pensée pour le fondateur de leur parti. Mieux, ce fut l’occasion de réitérer l’appel d’autres instances du parti ou de ses alliés pour le retour de leur mentor, exilé en Côte d’Ivoire depuis l’insurrection populaire de 2014 qui l’a chassé du pouvoir. « Notre souhait, comme l’ont exprimé avant nous d’autres structures de notre famille politique, est que le Président Blaise Compaoré puisse rejoindre sa patrie afin de mettre son expérience à la disposition de son Faso natal », a lancé Alferd Sanou, le président du groupe parlementaire CDP. Suivirent des applaudissements à tout rompre des participants pour marquer leur adhésion.

Lutte contre le terrorisme : quelle contribution du CDP ?

Alfred Sanou, Président du groupe parlementaire CDP : « Notre souhait est que le Président Blaise Compaoré puisse rejoindre sa patrie »
les militants se sont mobilisés pour assister à la cérémonie d’ouverture

Il y a quelques années, lorsqu’on parlait de terrorisme, les populations burkinabè avaient du mal à cerner le phénomène. Mais aujourd’hui, cette réalité est vécue au quotidien. Et certains n’hésitent pas à accuser à tort ou à raison le régime Compaoré et son CDP actuel d’être de connivence avec les terroristes. Une situation mal vécue par ces derniers qui s’en défendent comme ils peuvent. D’ailleurs, la situation a inspiré le groupe parlementaire CDP qui a décidé d’ouvrir un débat public sur la question. Ainsi, les députés du groupe parlementaire CDP ont choisi de se pencher sur le thème : « Quelle contribution du groupe parlementaire CDP dans la lutte actuelle contre le fondamentalisme islamiste et le terrorisme violents ? ». Ils entendent par-là mener une réflexion sérieuse et profonde sur un phénomène nouveau que connait notre pays et qui entrave gravement sa marche vers le progrès et le développement.

« Le Burkina, situé au cœur du Sahel, est confronté aux incursions de groupes terroristes venus de pays voisins, mais aussi au risque de développement du fondamentalisme islamiste et du terrorisme sur son propre territoire si l’on ne lutte pas contre la frustration de la jeunesse et les discours radicaux. La lutte contre le terrorisme dans tous ses aspects requiert la conjugaison des efforts de toutes couches sociales. Pour ce faire, il faut mener des réflexions afin de ressortir des solutions idoines en amont et en aval », a confié Alfred Sanou, le président du groupe parlementaire CDP.

Quatre communications

Alfred Sanou, Président du groupe parlementaire CDP : « Notre souhait est que le Président Blaise Compaoré puisse rejoindre sa patrie »
élus et militants attentifs au discours d’ouverture

Afin de ressortir ces solutions, le thème central est subdivisé en quatre sous-thèmes. Ainsi, Ismael Tiendrébéogo, imam du Centre d’études, de recherches et de formation islamiques (CERFI) va présenter une communication sur l’« Evolution historique du fondamentalisme islamiste et terrorisme ». Thomas Dakouré (ministère de la sécurité) et le Col Zoumana Traoré (ministère de la défense) présentent une communication sur les « Eléments de stratégie de lutte contre le fondamentalisme islamiste et le terrorisme au Burkina Faso ».

Dr Abdoul Karim Saïdou de l’Université Ouaga II se chargera du sous-thème : « Unité nationale, facteur indispensable de lutte contre le fondamentalisme islamiste et le terrorisme au Burkina Faso », pendant que Lookman Sawadogo présentera une communication intitulée « Quelle communication en matière de lutte contre le fondamentalisme islamiste et le terrorisme ? ». Ces différentes devraient permettre aux élus nationaux du parti de Blaise Compaoré

Le CDP se porte bien dans l’Oubritenga

Désiré Béyi est le secrétaire général de la section CDP de Ziniaré. Il s’est réjoui du choix de sa province pour la tenue de ces journées parlementaires avant de saluer la pertinence du thème. « Nous apprécions positivement le choix du thème de ces journées parlementaires. En effet, ayant été accusé ou encore accusé à tort par certaines opinions d’être de connivence avec les terroristes, notre parti se devrait de réagir et proposer à l’exécutif et à l’ensemble du peuple burkinabè des pistes de réflexion afin d’éradiquer le fléau », a-t-il souligné.

Puis, il a précisé que « le CDP dans l’Oubritenga se porte bien ». Pour preuve, il rappelle que les résultats obtenus lors des dernières élections leur parti. Malgré la situation difficile que vivaient ses membres, le CDP a un député (sur les deux pour la province), pendant qu’aux municipales, le parti s’en tirent avec 236 conseillers sur 423, soit plus de 55%. Mieux, sur les six communes, le CDP assure la gestion de quatre communes.

Alfred Sanou, Président du groupe parlementaire CDP : « Notre souhait est que le Président Blaise Compaoré puisse rejoindre sa patrie »
Pour Alfred Sanou, Blaise Compaoré doit rentrer pour faire mettre son expérience au service de son pays

Les autres groupes parlementaires saluent la pertinence du thème
Comme c’est toujours le cas depuis le début de la 7e législature, les groupes parlementaires MPP, Burkindlim et Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN) étaient tous représentés lors de la cérémonie d’ouverture. Et, ils n’ont pas manqué de saluer la pertinence du thème choisi par les élus du CDP. Ils ont formulé le vœu que de ces travaux, sortent des résolutions et recommandations dont l’application permettra à notre pays de vivre des lendemains meilleurs.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Lefaso.net