Agents du trésor : le syndicat prolonge son sit-in d’une semaine

52

Le bureau national du Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB) a animé, le mercredi 17 mai 2017 à Ouagadougou, un point de presse pour porter à la connaissance du public, des informations relatives à la lutte qu’il mène depuis quelques semaines.

Sur 19 points contenus dans la Plateforme revendicative minimale (PRM) du Syndicat autonome des agents du trésor (SATB), quatre points constituent toujours un blocage. Il s’agit du statut autonome des agents du trésor, le régime indemnitaire qui accompagne ce statut, le relèvement du taux applicable à leurs motivations et la relecture de la loi sur les primes de rendement. C’est l’information fournie par le bureau national du SATB, lors d’une conférence de presse qu’il a organisée, le 17 mai 2017 à Ouagadougou. Pour le secrétaire général du SATB, Séini Kouanda, en attendant que le gouvernement se penche « sérieusement » sur leur plateforme, un sit-in allant, du 22 au 29 mai 2017, (de 7 h à 15 h) sera observé sur toute l’étendue du territoire national, de même qu’aux Consulats et Ambassades du Burkina Faso à l’étranger. A l’issue de cet arrêt de travail, a averti Séini Kouanda, si leur plateforme revendicative minimale n’est toujours pas satisfaite, un autre mouvement sera observé du 30 mai au 16 juin. Si toutefois le gouvernement reste encore silencieux après cette date, a-t-il révélé, une grève illimitée sera observée.

Quant au traitement des salaires des fonctionnaires, le SATB a assuré que des mesures sont prises pour que les travailleurs soient payés. « Conformément aux conclusions des assemblées générales extraordinaires tenues par les quinze sections locales, quitus a été donné pour prendre attache avec l’administration pour la mise en place exceptionnelle d’un dispositif pour ne gérer que les opérations ayant trait au paiement des salaires, pensions et pécules», a déclaré M. Kouanda.

Qu’en est-il des négociations entre le bureau du SATB et le gouvernement ? Confirmez-vous les informations selon lesquelles des agents se voient refuser l’accès à leur bureau? En réponse à ces questions des journalistes, le secrétaire général du syndicat a souligné qu’il n’y a pas d’accord du moment qu’aucun document n’a été signé par les deux parties. Il y a certes eu, selon lui, des négociations et des avancées sur certains points de la plateforme. « Sauf que les propositions de solutions du gouvernement restent pour la plupart largement en deçà de nos attentes », a déclaré Séini Kouanda. Pour ce qui est des agents qui se voient refuser l’accès à leur bureau, les conférenciers disent ne pas se reconnaître dans de telles accusations. Par ailleurs, le syndicat a déclaré que les revendications « visent à atteindre les objectifs du gouvernement ». Car, pour Séini Kouanda, les agents du trésor sont tenus de protéger les ressources du gouvernement. C’est pour cela, a-t-il affirmé, que les travailleurs demandent un dispositif sécuritaire pour assurer une meilleure protection des fonds publics.

Elélé KANTORO

Bayiri.com