Administrateurs d’hôpitaux au Burkina : « Nous ne voulons plus occuper les seconds rôles »

146

Les VIIe journées scientifiques des administrateurs d’hôpitaux se tiennent du 26 au 28 avril 2018 sous le signe de la revalorisation du métier. L’Association burkinabè des administrateurs de santé entend (ABASS) sortir de l’ombre et dit ne plus vouloir occuper les seconds rôles.

A l’occasion de ses VIIe journées scientifiques, l’Association burkinabè des administrateurs des services de santé (ABASS), fête ses vingt-cinq ans d’existence.

L’ABASS compte en son sein plus d’un millier de membres parmi lesquels on dénombre entre  autres, des conseillers techniques, des chargés de mission et des directeurs généraux et centraux. 

Placées sous le thème  « 25 ans au service de l’administration sanitaire publique, quelles contributions à la gestion efficace des services de santé pour des soins de qualité », ces journées seront mises à profit pour mener des réflexions sur les enjeux et défis de l’assurance maladie universelle au Burkina. 

Si le président de l’association a tenu à saluer l’initiative du ministère de la santé qui est désormais dans la dynamique de la séparation des fonctions entre l’offre des soins et l’administration sanitaire, a tenu également à interpeller qu’il est temps pour les travailleurs de l’administration hospitalière de sortir de l’ombre.

« Nous n’avons pas été formés pour administrer des soins »

Il rappelle : « les administrateurs des services de santé que nous sommes ne savent rien faire d’autre qu’administrer, gérer et manager ».

 « Nous n’avons pas été formés pour administrer des soins, mais pour accompagner des techniciens de la santé dans l’offre des soins à travers le management des services de santé », ajoute-t-il.

De son avis, l’heure est la revalorisation de l’emploi des administrateurs des hôpitaux qui ont toujours été relégués au second rang.

« Nous refusons d’exister simplement car nous ne voulons plus occuper les seconds rôles. Non monsieur le ministre car ce temps est révolu », martèle-t-il.  Il tient aussi à rassurer : « ce n’est point une revendication syndicale ». 

Par ailleurs, l’ABASS rassure son ministère de tutelle de son accompagnement sur les grandes questions de gouvernance des services de santé.

Les journées scientifiques connaitront également un match de football opposant l’équipe de la santé à celle de la presse sportive. Il est aussi prévu une cérémonie de don de matériels à l’orphelinat Home Kisito. Le 28 avril 2018, se tiendra une soirée gala dédiée « à l’agent de santé sans distinction d’emplois » et une remise de trophée ABASS.

Priscille Jinette BANSE (Stagiaire)

Burkina 24

Burkina24.com