Accroissement de l’offre éducative

19

Le ministre de l’Education nationale représenté par le gouverneur de la région du Centre-Ouest, Irène Coulibaly, a présidé, le 11 novembre à Ipendo, village de la commune de Sabou, une cérémonie organisée par le Centre italien d’aide à l’enfance (CIAI) pour la remise de 42 salles de classe, 24 blocs de latrines et  03 forages au gouvernement burkinabè. 
L’intervention du Centre italien d’aide à l’enfance(CIAI) dans le Boulkiemdé est exécutée dans cinq communes de la province que sont Bingo, Kokologho, Poa, Sabou et Thyou. Elle est présente dans le Boulkiemdé depuis 2004. Elle intervient dans plusieurs domaines à travers divers appuis. C’est le cas de l’Education pour tous (EPT)  par le soutien des actions du PDDEB  devenu PDSEB en collaboration et en partenariat avec le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation.  Dans le cadre de l’exécution du projet de construction des infrastructures ayant fait l’objet d’inauguration, le 11  novembre dernier, l’ONG CIAI a impliqué l’ensemble des acteurs de l’éducation avec la direction provinciale de l’éducation nationale comme tête de file. Mieux, l’autorité provinciale à savoir, le haut-commissaire a également suivi de près les différentes réalisations. C’est un projet financé par la Coopération italienne à travers l’Agence italienne pour la coopération au développement. C’est un projet qui répond  à une préoccupation de la Coopération italienne, mais aussi des autres principaux acteurs internationaux du développement comme l’Union européenne, l’UNESCO et l’UNICEF. De façon concrète, il ne s’est pas agi seulement pour le CIAI de se limiter à la construction de 42 nouvelles salles de classe, 24 blocs de latrines et 3 forages. Dans le cadre de son intervention dans les cinq communes de la province du Boulkiemdé, il a associé à la réalisation des infrastructures la mise à jour des compétences professionnelles de 120 directeurs d’écoles et la mise à disposition de 42 nouveaux enseignants, le recyclage et la dynamisation de 15 associations de parents d’élèves, la facilitation d’accès au crédit à 500 parents d’élèves, le financement des Activités génératrices de revenus (AGR), la sensibilisation et la formation des ressources humaines œuvrant dans le domaine de l’enseignement et, plus en général, des populations. C’est en reconnaissance de l’ensemble de ces bienfaits à toute la communauté éducative, que les populations bénéficiaires ont marqué de leur présence à la cérémonie inaugurale afin de manifester leur reconnaissance à l’ONG CIAI et ses partenaires. Le chef du village de Ipendo, le représentant des bénéficiaires et le maire de Sabou, Lambert Kabré, au nom de ses collègues maires bénéficiaires ont, tour à tour, salué l’acte du CIAI qui, selon eux, va donner un coup de pouce à l’école burkinabè. Après plus d’une décennie d’intervention dans la zone, les bénéficiaires sont unanimes quant à l’importance du soutien apporté par cette ONG à la chaîne éducative.
Le soutien va se poursuivre
Pour sa part, la présidente de l’ONG CIAI, Paola Crestani, a indiqué que c’est depuis  avril 2015 que le projet, financé par l’Agence italienne pour la coopération et le développement a été mis en place et a permis de réaliser les 42 salles de classe, les 24 blocs de latrines et les trois forages, ainsi que les autres activités connexes qui accompagnent le système éducatif. Pour la présidente Paola Crestani, la cérémonie semble être une clôture de leurs activités, mais en réalité tout ne fait que commencer. Elle a rassuré que c’est au nombre d’enfants que les parents vont  scolariser et maintenir à l’école qu’ils seront jugés.  Quant au directeur de l’Agence italienne pour la coopération au  développement, Bruno Gentile, il a indiqué que la Coopération italienne a, depuis toujours, reconnu la valeur fondamentale de l’éducation comme un instrument-clé de la croissance sociale et le développement humain. La promotion de l’éducation des enfants est donc considérée comme l’un des axes d’intervention prioritaires en Afrique sahélienne, en particulier au Burkina Faso. Venue représenter le ministre en charge de l’éducation, la gouverneure du Centre-Ouest, Irène Coulibaly, dira que c’est avec plaisir qu’elle assiste à l’inauguration officielle des salles de classe réalisées dans le cadre du projet « Education et hygiène-stratégie pour une croissance adéquate des enfants en zones rurales au Burkina Faso ». Dans le programme du gouvernement du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le développement du capital humain tient une place de choix. Dans ce programme, il a pris un engagement fort, celui de résorber à l’horizon 2020, toutes les classes sous paillotes dans notre pays, a indiqué la gouverneure, selon le discours du ministre. Afin de concrétiser cet engagement, le ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, sous le parrainage du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a lancé en mai 2016 à Fada N’Gourma, un important programme de réalisation d’infrastructures éducatives.  C’est dire combien l’Etat burkinabè apprécie à sa juste valeur les différentes réalisations du CIAI pour accompagner l’école burkinabè. Aussi, l’occasion a été propice pour le ministre de l’Education nationale,  par la voix du gouverneur, de féliciter et remercier le Centre italien d’aide à l’enfance pour ses multiples actions dans le domaine de l’éducation au profit des enfants du Burkina Faso. La même reconnaissance du gouvernement burkinabè a été adressée à la Coopération italienne, à travers le directeur du bureau de l’Agence internationale pour le développement au Burkina qui est le principal bailleur de fonds du projet.
François KABORE

sidwaya.bf