Abandon de l’excision de du mariage d’enfants : es populations de 250 villages du Nord s’engagent

218
Abandon de l’excision de du mariage d’enfants : es populations de 250 villages du Nord s’engagent

Dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités, l’ONG Groupe d’Appui en Santé, Communication et Développement (GASCODE) a organisé une séance de déclaration publique d’abandon de la pratique de l’excision et du mariage d’enfants. L’engagement a été pris par les populations de 250 villages le vendredi 6 mars 2020, à Kononga, dans la commune de Namissiguima, dans la région du Nord.

La pratique de l’excision et le mariage des enfants sont des phénomènes avilissants qui entravent le bien-être de la femme et de la jeune fille. L’ONG GASCODE, engagée dans la lutte, a initié un programme de mobilisation communautaire pour la promotion et la protection des droits de la femme et de l’enfant. Elle a organisé une cérémonie de déclaration publique d’abandon de la pratique de l’excision et du mariage d’enfants dans 250 villages de la région du Nord.


Cette déclaration solennelle se tient dans un contexte peu reluisant en la matière malgré les efforts conjugués de l’Etat et des organisations de la société civile. Placée sous la présidence de Justin S. Somé, gouverneur de la région du Nord, la cérémonie a réuni plusieurs acteurs engagés dans la lutte contre toutes les pratiques qui compromettent les droits de l’enfants et de la femme, des partenaires techniques et financiers de GASCODE et plusieurs autorités politiques et religieuses.

A la suite du mot de bienvenue du maire de Namissiguima et des bénédictions du chef du village de Kononga, la présidente du conseil exécutif de l’ONG GASCODE, Félicité Bassolé, s’est réjouie de la mobilisation. Elle a indiqué que l’activité du jour est le résultat d’un processus enclenché depuis le mois de mai 2019 en collaboration avec l’UNICEF, avec pour objectif de contribuer à améliorer le statut social des enfants et des femmes par la promotion et la protection de leurs droits dans 250 villages de 10 communes de la région du Nord.

La présidente du conseil exécutif de l’ONG GASCODE, Félicité Bassolé

Avec la méthode qui est la sienne, l’ONG GASCODE, de l’avis de la présidente a engrangé des acquis sur le terrain. Cependant poursuivra-t-elle, « l’abandon est possible, mais restera vain sans une coordination des efforts de tous les acteurs en vue d’un abandon collectif ». Elle a prévenu que « nous devons rester vigilants et prompts à dénoncer toute tentative de récidive de ces pratiques dans nos villages au regard des nouvelles stratégies adoptées par ceux qui continuent de pratiquer »

Alphonsine Sawadogo, Secrétaire Permanente du Conseil National de la lutte contre la pratique de l’excision

C’est un sentiment de satisfaction qui s’est dégagé des propos de Alphonsine Sawadogo, Secrétaire Permanente du Conseil National de la lutte contre la pratique de l’excision. « Je me réjouit de constater que GASCODE a développé l’approche basée sur les droits humains et la théorie des normes sociales qui est une approche holistique permettant de toucher les individus, les familles et les communautés par des interventions diverses et un dialogue soutenu sur les thématiques concernées ».


La promesse ferme des communautés

C’est par une déclaration publique verbale que les communautés se sont engagées pour l’abandon de la pratique de l’excision et du mariage des enfants. Sous les acclamations de l’assistance, les représentants des jeunes, des coutumiers, des anciennes exciseuses et des femmes se sont engagés à promouvoir l’abandon de la pratique des mutilations génitales féminines et de proscrire les mariages d’enfants.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Yann NIKIEMA

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici