72 h de grève du SYNATIC : Pas de parution du quotidien d’Etat Sidwaya ce jour

119

72 h de grève du SYNATIC : Pas de parution du quotidien d’Etat Sidwaya ce jour

Les 72 h de grève entamés depuis ce lundi 3 octobre, prend fin ce jour à 23 h 59 mn. Après Sidwaya hier, les travailleurs se sont donné rendez-vous devant la RTB (Radiodiffusion télévision du Burkina) radio aujourd’hui. En attendant la fin effective, le bilan partiel est satisfaisant selon les premiers responsables du syndicat. Le mouvement est, semble-t-il suivi partout par les travailleurs des médias publics. En témoigne la perturbation des émissions à la télé comme à la radio nationale.

Ainsi que la parution d’un seul numéro du quotidien d’Etat Sidwaya du lundi 3 au mardi 4 octobre. Ce mercredi 5 octobre, Sidwaya n’a pas paru et cela risque d’être pareil pour le jeudi 6 octobre aussi. Pour la Secrétaire à l’information du bureau national du SYNATIC, Nadège Yé, journaliste au quotidien d’Etat Sidwaya, le bilan est satisfaisant car depuis trois jours, tous les travailleurs sont mobilisés. La non parution du quotidien est selon elle, « le signe que les travailleurs sont tous mobilisés pour la satisfaction de leur revendications ». « Le dialogue n’est pas rompu, il est toujours possible », assure-t-elle.

Seulement le syndicat demande juste que le gouvernement fasse des propositions concrètes. Et surtout d’éviter le dilatoire en les appelant à la table avec des choses concrètes, « là nous engageons la discussion ». En ce qui concerne la suite à donner à la lutte, Nadège Yé, laisse entendre que si le gouvernement ne réagit pas positivement, le syndicat fera le constat et envisagera ce qui doit être fait pour la suite de la lutte. Elle déplore le fait que certains veulent mettre en avant leurs revendications indemnitaires qui n’est pourtant qu’un des points inscrits dans la plate-forme revendicative. « Nous rencontrons de véritable problèmes de fonctionnement », confie-t-elle.

72 h de grève du SYNATIC : Pas de parution du quotidien d’Etat Sidwaya ce jourA Sidwaya, cite-t-elle en exemple, « l’imprimerie est en panne et cela est récurent ». En plus, il y a les problèmes d’ordinateurs, de dictaphones et bien d’autres. Pour elle, ce ne sont pas des problèmes inventés, mais réels. « Nous demandons juste que l’Etat donne les moyens aux organes de fonctionner normalement et de faire correctement leur travail. C’est simplement ce que nous demandons », termine-t-elle.

Dans le même élan, Aboubacar Sanfo, Secrétaire général adjoint du SYNATIC, laisse entendre que le syndicat ne demande que la mise en œuvre des textes adoptés sous la transition. « Il faut prendre les décrets d’applications pour mettre en œuvre ces textes », martèle-t-il. Pour lui, le constat est que le gouvernement actuel est en train de remettre en cause le passage du statut d’établissement public de l’Etat (EPE) à celui de société d’Etat. Ce qui n’est pas acceptable.

Si ces textes sont appliqués, foi de Aboubacar Sanfo, cela va consacrer une autonomie et une indépendance aux organes de presse que sont la RTB et les Editions Sidwaya. Donc le gouvernement n’aura plus de mainmise sur les organes de presses. Pour lui, le gouvernement par cette attitude souhaite maintenir les organes et les travailleurs dans la précarité. Ce que le syndicat ne peut admettre.

Lefaso.net