5e RGPH au Burkina : Le soutien de la Conférence épiscopale sollicité

42

Le secrétaire général du ministère des finances a rencontré ce jeudi 14 novembre 2019 à Ouagadougou, le président de la conférence épiscopale Burkina-Niger. Cette rencontre avait pour but d’expliquer le déroulement du recensement général de la population et solliciter l’accompagnement de la communauté catholique dans le travail de sensibilisation et d’information de la population.

En 1975, le Burkina Faso a effectué son premier recensement général. Cette année, il est à son 5e recensement de la population. Cette opération était prévue se tenir chaque 10 ans, selon le Secrétaire général du ministère de l’économie, des finances et du développement, Abel Somé. Le dernier recensement date de 2006. La situation sécuritaire du pays n’a pas permis selon lui, de tenir le 5e recensement en 2016.

« On a eu trois ans de retard. Les raisons qui ont expliqué ce retard sont diverses. En premier lieu, nous avons eu la crise socio-politique qui a caractérisé notre pays à partir de 2014. En 2014, on commençait la préparation du recensement, mais cette situation a fait que les activités préparatoires ont été décalées et ensuite, la crise sécuritaire est venue s’ajouter. On a aussi eu des difficultés à acquérir les équipements pour réaliser l’opération », a expliqué Abel Somé.

Les agents seront sur le terrain du 16 novembre au 15 décembre

Le recensement a été lancé officiellement le 23 septembre 2019 par le Premier ministre Christophe Dabiré. Il est piloté au plan technique par le ministère de l’économie, des finances et du développement avec comme cheville ouvrière l’Institut national de la statistique et de la démographie. D’importantes activités préparatoires ont été réalisées, selon Abel Somé, dont la formation du personnel.

« La formation des agents recenseurs a pris fin il y a quelques jours, nous sommes à une étape où on devrait réaliser le dénombrement. C’est la période la plus visible qui mobilise beaucoup de personne dans le cadre de cette opération », dit-il.

L’église catholique à travers le président de la conférence épiscopale Burkina-Niger, Laurent Dabiré, assure de son soutien par la prière. « Par les moyens qui seront les nôtres, nous attirerons l’attention des populations. Nous les inviterons et nous les sensibiliserons de se prêter de façon citoyenne et patriotique à cette opération. Il est important qu’il y ait un bon accueil du côté des populations », a-t-il indiqué.

Le recensement général a pour vocation de collecter des informations statistiques sur les populations burkinabè, connaitre sa composition, comprendre sa dynamique et les différentes statistiques socio-économiques et démographiques.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici