5e Recensement général de la population et de l’habitat : L’INSD sensibilise des acteurs de la région du Centre

46
5e Recensement général de la population et de l’habitat : L’INSD sensibilise des acteurs de la région du Centre

Le lundi 21 octobre 2019 à Ouagadougou, des acteurs de la région du Centre ont été conviés à un atelier régional d’information et de sensibilisation sur le cinquième Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) prévu du 16 novembre au 15 décembre 2019 sur toute l’étendue du territoire. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le gouverneur de la région du Centre, Sibiri de Issa Ouédraogo, qui avait à ses côtés le directeur général de l’Institut national de la statique et de la démographie (INSD), Boureima Ouédraogo.

Au Burkina Faso, le dernier recensement, qui remonte à 2006, faisait état de 14 millions d’habitants sur le territoire national. Depuis cette année, la population a connu d’importantes évolutions. Afin de disposer de données actualisées et fiables pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques et programmes de développement, le gouvernement, à travers le Premier ministre Christophe Dabiré, a lancé, depuis le 23 septembre 2019, le Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) du Burkina Faso.

A cette fin, des équipes sillonnent l’ensemble des régions pour des rencontres de lancement et d’information. « Aujourd’hui, c’est le tour de la région du Centre d’accueillir cette opération d’envergure en mobilisant l’ensemble des forces vives de la région pour un atelier de lancement et d’information », a déclaré le gouverneur de la région du Centre, Sibiri de Issa Ouédraogo, à l’issue de la cérémonie d’ouverture intervenue dans la matinée du 21 octobre 2019.

Les acteurs s’engagent à sensibiliser leur entourage

Il s’agira, au cours des travaux, d’outiller les participants sur l’organisation de l’opération et ce qui est attendu d’eux pour sa réussite dans la région du Centre. A ce propos, le gouverneur a invité l’ensemble de la population à réserver un bon accueil aux agents recenseurs qui se présenteront à elle. Il est important de souligner que le recensement se fera en deux étapes dont la plus importante concerne le dénombrement de la population. Cette phase se déroulera du 16 novembre au 15 décembre 2019 sur toute l’étendue du territoire national. Pour la circonstance, une « grande » équipe est mobilisée aussi bien dans la région du Centre que dans les autres régions.

« Au niveau de la région du Centre, nous attendons de mobiliser environ 4 000 agents recenseurs, contrôleurs et des délégués communaux pour sillonner l’ensemble des ménages de la région », a souligné le directeur général de l’Institut national de la statique et de la démographie (INSD), Boureima Ouédraogo. Le budget global de cette opération d’envergure nationale est de 18 milliards de francs CFA, financé par l’Etat burkinabè et des partenaires techniques et financiers. « C’est un ensemble d’activités qui vont de la préparation jusqu’à la publication des résultats. Cela concerne l’ensemble du territoire national », a précisé M. Ouédraogo.

Le personnel permanent du 5e RGPH est constitué de cadres de l’INSD et des différents départements ministériels

A un mois du début du recensement, plusieurs activités ont été menées. Il s’agit notamment de la préparation des documents techniques, la mobilisation des financements. On note également le travail de la cartographie censitaire, l’une des étapes essentielles des activités préparatoires à la réussite du recensement. « Des enquêtes-pilotes ont été réalisées. Ce qui a permis de corriger l’ensemble des dispositifs et de nous rassurer aujourd’hui que nous sommes fin prêts pour pouvoir faire le recensement », ajoute le DG de l’INSD.

Les participants à l’atelier

La particularité du 5e recensement, c’est l’utilisation des technologies mobiles (smartphones) pour la collecte des données. A cela s’ajoute son couplage avec le recensement général de l’agriculture, qui vise à actualiser et rendre plus fiables les statistiques agricoles et à mettre à la disposition des différents acteurs une nouvelle photographie précise des caractéristiques structurelles de l’agriculture burkinabè. Ce qui permettra de mesurer la dynamique du monde rural. Enfin, c’est un recensement qui se déroule en des moments difficiles de la vie de notre pays, marqués par des attaques terroristes. Au regard de ce contexte sécuritaire, des dispositions ont été prises par les autorités pour que le recensement se fasse partout dans la sérénité.

Aïssata Laure Sidibé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici