5e congrès ordinaire de la Société burkinabè d’ophtalmologie : la santé oculaire des enfants au cœur des échanges

85

5e congrès ordinaire de la Société burkinabè d’ophtalmologie : la santé oculaire des enfants au cœur des échanges

Trois jours durant, soit du 16 au 18 juillet 2018, des congressistes venus du Mali, du Togo, du Tchad, de l’Algérie, de l’Égypte, du Sénégal et bien entendu du Burkina, réfléchiront autour du thème central : « Ophtalmologie pédiatrique ». Ainsi, sont prévues des conférences, des communications thématiques et libres afin d’avoir une vue plus large sur la cataracte, le glaucome et bien d’autres maladies liées à la vue chez l’enfant.

5e congrès ordinaire de la Société burkinabè d’ophtalmologie : la santé oculaire des enfants au cœur des échanges
Une vue des congressistes présents

Selon le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga, ce congrès se tient à un moment où les affections oculaires s’invitent davantage comme des problèmes de santé publique et de développement. « Les affections oculaires sont en nette progression à la faveur de l’augmentation de l’espérance de vie, de l’émergence de certaines affections cardiovasculaires (diabète, hypertension) et des exigences de la société moderne (l’apparition des TIC) », a-t-il explicité. Aussi estime-t-il, au regard des chiffres du recensement des enfants handicapés (sur 79 617 handicapés identifiés et âgés de 0 à 18 ans, 11% sont touchés par un handicap visuel), que le thème retenu reflète à n’en point douter la préoccupation des différents acteurs du secteur.

Ayant fait le constat que le Burkina ne dispose que d’un seul ophtalmo-pédiatre, le ministre Maïga a promis de réfléchir sur la question avec son « voisin du conseil des ministres », le Pr Nicolas Méda, en charge de la Santé.

5e congrès ordinaire de la Société burkinabè d’ophtalmologie : la santé oculaire des enfants au cœur des échanges
Ministre de la santé, Nicolas Méda

Ce dernier, faisant écho aux propos du ministre de l’Enseignement supérieur, a de même noté le manque criard d’ophtalmo-adultes. « Ils (les ophtalmologues congressistes) m’ont dit qu’il n’y en avait que 30 au Burkina, c’est-à-dire 20 à Ouagadougou, 6 à Bobo-Dioulasso et le reste reparti dans les 11 autres régions. Alors qu’on doit couvrir tout l’ensemble du pays de ces spécialistes », a indiqué ministre de la santé, avant de lancer un cri de cœur à son « voisin du conseil des ministres », qui est censé délivrer les bourses de spécialisations.

5e congrès ordinaire de la Société burkinabè d’ophtalmologie : la santé oculaire des enfants au cœur des échanges
Présidente de la Société burkinabé d’ophtalmologie(SBO), Pr Ahgbatouhabéba Zabsonré-Ahnoux

De l’avis de la présidente de la Société burkinabè d’ophtalmologie (SBO), Pr Ahgbatouhabéba Zabsonré/Ahnoux, ce 5e congrès sera une occasion pour eux ophtalmologues de réfléchir sur toutes les maladies qui concernent la santé oculaire des enfants, mais aussi trouver des voies et moyens dans le but de l’améliorer. De la situation de la maladie au Burkina Faso, elle déclare : « Sur les handicapés visuels en tout, il y a environ 17% des enfants qui sont aveugles ».

Il faut alors, affirme-t-elle, très rapidement prendre en charge les enfants afin de leur éviter la cécité. « Les troubles de la réfraction (enfants myopes, hypermétropes, astigmates), la cataracte, le glaucome, etc. » sont les pathologies les plus fréquentes que l’on retrouve chez les enfants, à en croire la présidente. Notons que ce 5ème congrès de la SBO est également placé sous le parrainage de la ministre du Développement, de l’économie numérique et des postes, Hadja Fatimata Ouattara/Sanon.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Lefaso.net