4e session du cadre de concertation Etat/OSC : La rencontre avec le chef de l’Etat reportée sine die

37
4e session du cadre de concertation Etat/OSC : La rencontre avec le chef de l’Etat reportée sine die

Le vendredi 8 novembre 2019, le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, Siméon Sawadogo, a présidé à la clôture de la quatrième session du cadre de concertation Etat/OSC. Les séances, tenues en plénière et en ateliers, se sont déroulées les 7 et 8 novembre 2019, et ont débouché sur des conclusions qui devaient faire l’objet d’échanges avec le chef de l’Etat. Mais la séance avec Roch Marc Christian Kaboré a été reportée à une date ultérieure.

C’est sous le patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, que les Organisations de la société civile (OSC) et l’Etat ont tenu leur traditionnel cadre de concertation, le quatrième du genre, les 7 et 8 novembre 2019 à Ouagadougou. Selon les organisateurs, c’est au regard du contexte sécuritaire difficile que traverse actuellement le pays, que la quatrième session du cadre de concertation Etat/OSC a choisi de se pencher sur le thème « Consolidation de la cohésion sociale dans un contexte d’insécurité et de terrorisme : rôles et responsabilité de l’Etat et des sociétés civiles ». Les travaux se sont déroulés en plénière et en ateliers, à travers trois thématiques.

Les échanges ont débouché sur des résolutions et recommandations qui touchent à l’organisation du système de défense nationale, les règles qui régissent le fonctionnement du secteur minier et l’organisation des prochaines élections. Les membres d’OSC présents à la rencontre se sont engagés à soutenir toutes les initiatives du gouvernement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et dans la promotion de la cohésion sociale, à accompagner l’Etat pour la tenue effective du scrutin à bonne date et à mener des débats citoyens sur la gouvernance du secteur minier.


Ils ont également formulé huit recommandations visant l’amélioration du système de défense nationale. Il s’agit de mettre en place un comité de défense dans chaque village ; réinstaurer le service militaire obligatoire pour les Burkinabè âgés d’au moins 18 ans ; solliciter des partenaires sociaux un engagement patriotique favorable à l’appel du président du Faso pour une trêve sociale dans ce contexte d’insécurité généralisé ; équiper conséquemment les FDS dans leur mission de sécurisation du pays ; mobiliser une contribution financière populaire pour soutenir l’effort de guerre ; adopter un référentiel unique en matière d’indemnisation des personnes affectées par les projets miniers ; veiller à l’application intégrale du code minier et de ses textes d’application ; vulgariser les textes régissant le secteur minier.

« En choisissant le thème de la quatrième session, nous ne savions pas qu’on allait avoir une situation pratique malheureuse, en rapport avec le thème », avoue le ministre d’Etat, Siméon Sawadogo. Il trouve un sens de patriotisme et de dévouement chez les représentants des OSC, qui ont fait des propositions dans le sens du renforcement des capacités de l’Etat et des institutions.


Le président du Conseil national des OSC, Jonas Hein, retient que la contribution de la société civile, c’est la sensibilisation, l’interpellation et la participation ; et c’est en cela qu’ils se sont engagés à jouer leur rôle, au regard des questions qui animent l’actualité du pays.

La traditionnelle rencontre avec le chef de l’Etat, qui devait avoir lieu à l’issue des travaux, a été reportée à une date ultérieure, en raison du deuil national.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici