40 ans de l’IGB : Le président du Faso salue un travail d’aide à la décision

39

40 ans de l’IGB : Le président du Faso salue un travail d’aide à la décision

L’Institut géographique du Burkina a 40 ans. Et le président du Faso est allé s’imprégner des conditions de travail du personnel dans la soirée du 7 décembre. En 40 ans d’existence, c’est la première fois qu’un président visite l’IGB, ont relevé les agents tout heureux.

40 ans de l’IGB : Le président du Faso salue un travail d’aide à la décisionAprès un aperçu du travail de l’institut et la visite des locaux, Roch Kaboré s’est entretenu avec les premiers responsables. C’est une visite d’encouragement au personnel qui abat un travail patient, minutieux. Le président a relevé l’importance de la cartographie qui selon lui, permet d’orienter les décisions du gouvernement dans les domaines variés de la santé, l’éducation, la sécurité.

40 ans de l’IGB : Le président du Faso salue un travail d’aide à la décisionAbdoulaye Belem, le directeur général de l’IGB a relevé que cette visite redonne beaucoup de courage à son équipe pour mener à bien la mission qui lui a été confiée. Il a par ailleurs relevé deux défis majeurs de l’institut. Il s’agit de la remise en état de vol de l’avion photographique en panne ainsi que la finalisation et la mise en œuvre du schéma directeur de la cartographie au Burkina pour les 10 années à venir.

“L’avion qui permet de survoler et faire des photographies pour faire des cartes est en panne. Il est important qu’il soit réparé, puisque c’est l’outil de base du travail de l’IGB. Nous nous sommes engagé à remettre cet avion en route afin de permettre à l’IGB d’assurer sa mission”, a rassuré Roch Kaboré.

40 ans de l’IGB : Le président du Faso salue un travail d’aide à la décisionQuant au deuxième point, le financement du schéma directeur de cartographie du territoire, le chef de l’Etat a expliqué que c’est un programme important qui participe de la dynamisation de l’institut à travers l’amélioration du matériel technique et la prise en compte de son rôle d’appui-conseil et d’appui à la décision. Ce plan est en finalisation d’élaboration et sera soumis au gouvernement pour validation. Et le visiteur d’un soir a promis prendre les dispositions pour que ce schéma soit mis en place pour améliorer les conditions de travail du personnel, et au bénéfice de tous.

Selon le directeur général de l’IGB, Abdoulaye Belem, le schéma directeur coute 24 milliards et le noyau qui est la production de l’information géographique à l’échelle du 50 000 millième coute environ 12 milliards.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Lefaso.net