2e CODESP : La croissance des produits manufacturés dans le PIB à l’horizon 2020

37

La 2e édition de la Rencontre Nationale du Cadre de Concertation et d’Orientation pour le Dialogue Etat/Secteur Privé (CODESP) a ouvert ses portes le lundi 14 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre présidée par le Premier ministre Marie Joseph Dabiré vise le développement industriel à travers la promotion de la chaine de valeur.

« Accroître sensiblement, à l’horizon 2022, la part de l’industrie manufacturière dans le PIB et celle des produits manufacturés dans les exportations de notre pays ». C’est l’objectif recherché par le gouvernement au cours de cette deuxième édition de la rencontre nationale du Cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé.

Avant de procéder à l’ouverture officielle de la cérémonie, le Premier ministre Marie Joseph Dabiré a expliqué le processus  de la promotion structurelle  envisagé par son gouvernement. Il  interviendra à court, moyen et long terme. Et permettra d’une part de consolider le tissu industriel existant à travers l’assainissement du marché local,  et la restructuration des industries en difficultés. Et d’autre part, de tendre, vers l’émergence grâce à la modernisation de notre industrie par l’utilisation des technologies et innovations de pointe.

Ce cadre de concertation constitue donc  une tribune adéquate pour lever, de façon concertée, les entraves à l’émergence d’un secteur privé dynamique, créateur d’emplois et de richesses. «  C’est  l’aboutissement d’un processus innovant qui a impliqué tous les acteurs tant au niveau régional que sectoriel », se réjouit le Premier ministre Marie Joseph Dabiré.

Pendant que « 80% des échanges mondiaux se font au sein des chaînes de valeur, et que 60 % du commerce mondial des marchandises portent sur les échanges de biens intermédiaires », le Premier  ministre regrette que notre pays essentiellement producteur et exportateur de produits de base, soit resté pendant longtemps «prisonnier des stades de production à faible valeur ajoutée ».

D’où la vision de son gouvernement d’œuvrer à l’insertion de  l’économie  du Burkina  dans les chaines de valeurs mondiales. Et ce  conformément à la stratégie nationale d’industrialisation définie dans le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) . Une stratégie qui dira-t-il vise à « promouvoir la création, le développement et la consolidation d’une masse critique d’industries compétitives, durables, créatrices de valeur ajoutée et d’emplois décents en prenant appui sur nos avantages comparatifs c’est-à-dire, en transformant nos matières premières locales ».

Un cadre plus pratique

Le Ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat (MCIA) Harouna Kaboré a énuméré les innovations de la rencontre nationale du Cadre de Concertation et d’Orientation pour le Dialogue Etat/Secteur Privé (CODESP)

A la différence de l’ex rencontre du gouvernement et du secteur privé dont il reconnait les acquis,  le ministre Harouna Kaboré affirme que le CODESP a carrément changé de format. Il dispose  d’un comité de pilotage assuré par  le Premier ministère. En lieu et place de la CCI/BF, ledit comité  traite des préoccupations, oriente et apporte des réponses avant de prendre des décisions. Aussi, le nouveau format permet d’impliquer en amont, les collectivités territoriales pour éviter de réunir  des milliers de personnes en une journée.        

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici