13e édition Ciné droit libre : La migration en question

19

Le phénomène des migrations, notamment l’immigration clandestine, fait des vagues. Le festival de films sur les droits humains, Ciné droit libre, pose le débat en sa 13e édition qui se tiendra du 9 au 16 décembre 2017 à Ouagadougou.

«Migrations : loin de chez moi ?». C’est sous cette interrogation sur les enjeux des flux migratoires que Ciné droit libre mènera les réflexions.

Cependant, il ne limite pas sa vision de la migration au seul apanage des Africains. Il jette un regard sur la migration dans tous les sens, de l’Occident vers l’Afrique et l’Asie, même si la tendance inverse est élevée et fait plus de victimes.

C’est ainsi que « Ciné droit libre » présente des portraits de plusieurs migrants. Deux jeunes Africains en Europe, un Occident en Afrique, un immigrant de retour au pays, des témoignages sur les  calvaires de la route de la migration clandestine.

Une trentaine de films, dont la plupart traite de la migration, et dix autres en compétition, sont au programme de la projection suivi de débat avec les réalisateurs ou acteurs. On peut citer, entre autres, « Wallay », de Berni Golbat qui revient à la maison, « Burkinabè rising » de Iara Lee du Brésil en grande première mondiale, « Oka » de Souleymane Cissé pour sa première au Burkina, « Winnie » de Pascale Lamche de l’Afrique du Sud, « une Colère dans le vent » de Amira Weira du Niger et « Wulu » de Daouda Coulibaly.

La question de la migration n’est pas à son premier débat à ce festival, à en croire Abdoulaye Diallo, coordonnateur du festival. Elle refait surface pour être approfondie.

Cependant, précise Gédéon Vink, l’un des coordonnateurs, « nous ne proposons pas des bâtons magiques pour la solutionner mais de mener le débat, de donner la voix ».

Les dates clés

Le 10 décembre marquant la journée internationale des droits de l’homme, est  choisi pour débattre du thème de l’édition.

Un deuxième débat sur la problématique du F CFA le 15 décembre, sera animé par des économistes tels Ra-Sablaga Ouédraogo, Justin Damo Barro, ex-gouverneur de la BCEAO et un expert de la monnaie.

Le 13 décembre, jour anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo, ne saurait passer sous silence.  Une projection du film « Bori Bana » sur la mort du journaliste, à côté du concert de ce jour, son portrait géant en live, sera donnée à voir.

Les invités et artistes attendus

Comme aux éditions précédentes, des invités de marque sont annoncés.  Le footballeur international Lilian Thuram,  parrain de l’édition, est connu pour son engagement pour l’égalité, ses prises de position sur des sujets de l’immigration et le racisme.

L’ex défenseur animera une conférence publique  et des échanges pédagogiques à l’espace enfant. L’artiste Tiken Jah Fakoly, préside la cérémonie d’ouverture. Le groupe ivoirien de reggae R-Light, le rappeur malien, Mylmo, le sénégalais Didier Awadi sont aussi attendus, aux côtés de KPG, Smockey, Dicko Fils, Patrick Kabré, Petit Docteur, Awa Boussim.

Ces artistes réunis en un lieu, sera l’occasion pour certains de participer au collectif pour le chant, «L’hymne aux migrants »

Revelyn SOME

Burkina24

 

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com